Un conseiller en sécurité financière inspirant : Il court littéralement 24 heures au 24h Tremblant

#Actualités du 24h Tremblant

Alors que la majorité des gens restent au lit bien au chaud par une nuit froide de décembre, Nicolas St-Vincent repousse les limites de son corps.

Nicolas est un coureur d’ultra-marathon et d’Ironman, mais aussi un conseiller de la Financière Liberté 55. Il participe régulièrement à l’événement de bienfaisance du 24 h Tremblant et court durant 24 heures en solo. Habituellement, des équipes de 6 à 12 personnes s’inscrivent à la course et courent à tour de rôle pour qu’une personne soit sur le parcours pendant que les autres se reposent. Nicolas fait maintenant partie d’une équipe, mais il est le seul à courir 24 h d’affilée.

« J’espère que certains participants se bottent le derrière à 1 h du matin pour courir à leur tour, en pensant à ce fou qui court depuis 14 heures et qui a 10 autres heures devant lui », déclare-t-il.

Nicolas St-Vincent est un des quelque 3 300 participants qui débarquent chaque année à Mont-Tremblant, au Québec, pour prendre part aux festivités. Les équipes présentes doivent skier, marcher ou courir pendant 24 heures consécutives pour amasser des fonds en vue d’améliorer les soins de santé et le mieux-être des enfants.

Le conseiller de la Financière Liberté 55 du Québec précise qu’au début, ses collègues ne savaient pas trop dans quoi ils s’embarquaient en s’inscrivant à ses côtés à l’événement.

« La première année, ils ne savaient pas pourquoi ils étaient là », admet-il. « Ils le faisaient sous la pression, parce que je leur avais dit, en tant que gestionnaire, qu’ils devaient venir. Mais par  la suite, ils voulaient revenir. Ils n’oublieront jamais le déjeuner du samedi matin durant lequel des enfants viennent sur scène. C’est pour eux qu’on amasse des fonds. »

Cette année, le 24 h Tremblant se déroule du 7 au 9 décembre. Les fonds recueillis s’ajouteront aux 28 millions de dollars déjà amassés depuis 2001 pour les enfants malades et défavorisés par l’entremise de la Fondation Charles-Bruneau, de la Fondation des Sénateurs d’Ottawa et de la Fondation Tremblant.

Bien que Nicolas a une passion pour le dépassement de soi, sa motivation pour se soumettre à cette course éprouvante a changé au fil des années.

« Je ne le fais plus seulement pour la montée d’adrénaline », confesse-t-il. « Je le fais maintenant parce que je connais des gens qui ont perdu leur enfant en raison d’un cancer ou de la leucémie. »

Mais la passion et la motivation seules ne sont pas suffisantes pour terminer la course; il faut aussi énormément d’entraînement et de préparation. Nicolas St-Vincent court 80 km chaque semaine. Sa plus longue course à vie s’étirait sur 170 km en deux jours et traversait la France, l’Italie et la Suisse passeport en poche!

Il suggère aux gens de commencer tranquillement et de courir en équipe. Si les participants s’épuisent, ils peuvent prendre une pause, marcher ou être remplacés par un autre membre de l’équipe.

Même si la préparation physique est très importante pour les participants, Nicolas rappelle qu’il faut aussi penser à l’effort mental et à la météo lorsqu’on s’entraîne en prévision de l’événement.

« Lors du 24 h Tremblant, l’important, c’est l’endurance, le moral et la préparation à toutes les conditions météorologiques », dit-il. « Dans la vie de tous les jours, on ne court pas à 2 h du matin. Sans compter qu’il faut apporter une tonne de vêtements différents selon les situations. »

En raison de la nature et de la difficulté du défi, certains ont des doutes sur ce qu’ils se sont engagés à faire, mais Nicolas fait remarquer qu’ils ne mettent pas beaucoup de temps à tomber amoureux de l’événement et de la cause.

« On ne sait pas pourquoi on vient la première année, mais par après, on ne le raterait pas. »

Les renseignements fournis reposent sur les lois, règles et règlements actuels régissant les résidents canadiens. À notre connaissance, les renseignements fournis sont exacts au moment de leur publication. Les règles et les interprétations peuvent changer, ce qui peut compromettre l’exactitude de l’information. Les renseignements fournis sont de nature générale et ne devraient pas remplacer les conseils qu’il convient d’obtenir lorsqu’une situation spécifique est examinée. Pour des questions particulières, vous devriez consulter un juriste, un comptable, un fiscaliste ou tout autre conseiller professionnel approprié.

Tous les articles